logo fédération française des télécomsLa fédération Française des Télécoms a publié son 3ème bilan de la Charte d’engagement volontaire du secteur des télécoms pour le développement durable. L’objectif n°3 qui visait à promouvoir l’affichage environnemental sur les téléphones mobiles disparaît ; en effet, puisque un peu moins de 100% des téléphones bénéficient d’un étiquetage par les opérateurs membre de la FFTelecom, la marge de progression n’était plus significative. Dans le cadre de l’harmonisation des méthodes de calcul de l’empreinte carbone des téléphones mobiles, Orange et SFR se sont mis d’accord sur une méthodologie présentée à la plateforme ADEME/AFNOR et à la GSMA. Les travaux se poursuivent également pour l’élaboration d’un indicateur commun représentant l’épuisement des ressources naturelles, venant ainsi pondérer l’indicateur CO2. Pour rappel, SFR et Orange s’étaient investis dans l’expérimentation française pour l’affichage environnemental de 2011-2012. La fédération précise :

 » Les opérateurs restent en veille sur les suites données à cette expérimentation pour être en mesure de généraliser ou faire évoluer leur affichage environnemental selon l’évolution de la règlementation. Par ailleurs, il convient de souligner une spécificité française, certains opérateurs disposant d’un affichage de leurs mobiles sur 3 dimensions en lien avec le développement durable, à savoir l’environnement, la valeur DAS (Débit d’Absorption Spécifique) et la compatibilité du terminal à certains handicaps. »

A noter qu’Orange a déployé l’affichage environnemental sur les téléphones (fixes et mobiles) dans d’autres pays d’Europe tels que l’Espagne (2009), la Roumanie (2010), et l’Arménie en 2012. logo_coltD’autres acteurs des télécoms s’investissent dans la démarche d’information sur l’impact environnemental de leurs produits. La société Colt a choisi de développer un simulateur pour évaluer l’empreinte carbone d’une extension/d’un renouvellement de parc de ses clients.

Dans sa vision du futur, Colt envisage d’inscrire les notions de développement durable et de mesure dans chacun des produits au moyen d’étiquettes d’empreinte carbone ce qui permettra d’ajouter une dimension et un critère supplémentaires dont le client tiendra compte lors du processus décisionnel.

Source : 3ème bilan de la charte d’engagement du secteur des télécoms pour le développement durable , FFTélécom